• Après consultation du Premier ministre, du Président du Sénat et du Président de l'Assemblée nationale, j'ai décidé de dissoudre l'Assemblée nationale. (...) Je considère (…) que l’intérêt du pays commande d’anticiper les élections.

              21 avril 1997

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
    • Ce quinquennat sous une forme ou sous une autre, serait une erreur, et donc je ne l'approuverai pas.
      14 juillet 1999, interview radio-télévisée
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
    • Nous posons une question aux Français, qu'ils y répondent. Ils répondent oui, c'est très bien, ils répondent non, c'est très bien (...). Je n'ai pas changé d'avis, il ne faut pas que l'on puisse dire celà.
      5 juin 2000, interview télévisée, au sujet du référendum sur le quinquennat

       

       
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
    • J’ai beaucoup réfléchi, j’ai écouté les uns et les autres, j’ai surtout observé la position prise par le gouvernement et j’en ai conclu qu’on pouvait aujourd’hui raccourcir le délai du mandat présidentiel (…) sans arrière-pensées et sans changer nos institutions.
      5 juin 2000
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
    • Statut pénal du chef de l’Etat :
      La réforme sera soumise au Parlement dès 2002. Dans le programme officiel à l’élection présidentielle de 2002 : La France en grand, la France ensemble.

      Epilogue : Un projet de loi constitutionnelle sur le statut du chef de l’Etat a été soumis au Conseil des ministres du 2 juillet 2003, mais n’a jamais été soumis au Parlement.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
    • Cabinets ministériels :
      Le fâcheux développement des cabinets ministériels, spécialité française, doit être impérativement supprimé.

      9 avril 1995

      Epilogue : Les cabinets ministériel existent toujours. Celui d’Hervé Gaymard un ex-ministre de l’Economie s’est même distingué pour son nombre record de conseillers (43).

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
    • Les déficits publics :
      Le pouvoir d’un gouvernement ne se résume pas à gérer prudemment les contraintes imposées par la mondialisation des économies. Rien d’inéluctable ne justifie le pessimisme ambiant. (…). La politique n'est pas seulement l'art du possible. Il est des moments où elle devient l'art de rendre possible ce qui est nécessaire. (…) Ainsi s’est établi le règne de ce que certains ont appelé joliment la pensée unique, qui s’appuie sur la supériorité de la technocratie.
      17 février 1995, campagne présidentielle, porte de Versailles
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
    • La maîtrise des déficits est une nécessité si on veut être maître de son destin. On ne peut être une grande puissance et avoir des déficits (…). On ne peut pas vivre avec une Sécurité sociale qui voit ses déficits augmenter de façon constante. Il faut savoir si nous avons le courage d’assainir nos finances. Il faut du courage, et je n’en manque pas.
      26 octobre 1995
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
    • Dépenses de santé :
      Je refuse l’idée exprimée par certains de plafonner les dépenses sociales, notamment les dépenses de santé.
      17 février 1995
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
    • Il ne s’agit pas, pour être en bonne santé, de dépenser plus mais de dépenser mieux.
      4 octobre 1995
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique