• 1932, 29 novembre : Naissance de Jacques René Chirac à Paris, fils de François Chirac et de Marie-Louise Valette.

    1940 : Ecole communale de Ste-Féréole.

    1943 : Lycée Hoch à St-Cloud.

    1944 : Lycée Carnot puis lycée Louis-le-Grand où il obtient le bac.

    1947 : Adhère au RPF ; le parti gaulliste « entraîné par des amis », mais ses convictions politiques ne sont pas encore clairement établis.

    1950 : Il a 18 ans et s’embarque à Dunkerque comme pilotin à bord d’un cargo : le Capitaine-Saint-Martin. Il signe l’appel de Stockholm sur la non prolifération des armes nucléaire.

    1951 : Entre à l’institut d’études politiques de Paris.

    1954 : Il sort 3ième sur 139 et se présente au concours de l’ENA. Effectue son service militaire au ministère de l’Air puis à l’école de cavalerie de Saumur comme élève officier. Il est affecté à sa demande en Algérie de 1956 à 1957.

    1956 : Mariage avec Bernadette Chodron de Courcel.

    1959 : 10ième de l’E.N.A. Devient auditeur à la Cour des comptes.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 1962-1967 : Chargé de mission pour la construction, les travaux publics et les transports au cabinet du Premier ministre Georges Pompidou. 

    1965-1977 : Conseillé municipal de sainte-Féréole en Corrèze. 

    1965-1993 : Conseillé référendaire à la Cour des comptes. 

    1967 : Elu député de Corrèze dans la circonscription d’Ussel, puis est réélu sans interruption jusqu’en 1995.

    (présentation vidéo du député Jacques Chirac, inaugurant la foire de Tulle)

    1967-1968 : Secrétaire d’état aux affaires sociales chargé des problème de l’emploi, c’est le plus jeune membre du gouvernement Pompidou.

    1968 : Secrétaire d’état à l’emploi ; il négocie avec les syndicats les accords de Grenelle durant la crise de mai. (vidéo : interview sur l'emploi en Midi-Pyrénée, sur l'assurance chômage, en matière d'emploi)

    1968-1988 : Conseillé général de Corrèze. 

    1968-1971 : Secrétaire d’état à l’Economie et aux Finances dans le gouvernemant de Pompidou, puis celui de Maurice Couve de Murville. 

    1969, 27 avril : De Gaulle démissionne. 

    15 juin : Pompidou devient président et Jacques Chirac est à nouveau secrétaire d’état à l’Economie dans le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas. 

    1970-1979 : Président du conseil général de Corrèze. 

    1971-1972 : Ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement. 

    1972-1974 : Ministre de l’Agriculture dans le gouvernement de Pierre Mesmer, puis de l’intérieur sous le même gouvernement. (vidéo : interview de jacques Chirac sur les agriculteurs, interview sur son travail avec ses homologues européens)

    1974, 2 avril : Mort de Georges Pompidou. Soutien Valéry Giscard d’Estaing à l’élection présidentielle. 

    20 mai : Nommé Premier ministre. (vidéo : Chirac Premier ministre, duel avec Giscard, duel avec le Président et putch à l'U.D.R.)

    1974-1975 : Grave crise économique suite au premier choc pétrolier de 1973. (vidéo : Jacques Chirac en Iraq)

    1974 - 1976 : Jacques Chirac devient le défenseur de l'industrie et des technologies françaises.

    1975, 15 juin : Contrains à la démission du secrétariat général de l'U.D.R.

    1975 : L'énergie nucléaire devient stratégique pour Jacques Chirac.

    1976, 25 août : En désaccord avec le Président il démissionne de son poste de Premier ministre. (vidéo : Journée de la démission)

    5 décembre : Création du Rassemblement Pour la République (R.P.R.) et président dudit parti jusqu’en 1994. ( vidéo : Extrait du discours Porte de Versailles)

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 1977, 19 janvier : Candidature de Jacques Chirac à la mairie de Paris 1/2, 2/2, (en vidéo, la polémique dût à sa candidature, chanson de campagne : Pour que Paris)

    1977 : Elu maire de Paris : Puis réélu en 1983, 1989 jusqu’en 1995.

    1978 12 et 19 mars : Elections législatives, Jacques Chirac est réélu dans sa circonscription de Corrêze sans difficulté dès le premier tour avec 55,8% des voix.

     1978, 6 décembre : Lance l’ « appel de Cochin » attaquant  la politique européenne du président. 

    1979 : Elu député sur la liste conduite par Michel Debré, mais démissionne en 1980. Rupture avec Pierre Juillet et Marie-France Garaud. 

    1980-1986 : Membre de la comission sur la Défense nationale. 

    1981, 26 avril : Eliminé dès le premier tour des élections présidentielles avec 17,99% des voix (malgrès son clip de campagne : Maintenant président !). Première traversé du désert qui va durer 5 ans. 

    1986, 20 mars : Nommé Premier ministre par François Mitterrand à la suite des législatives remportées par la droite : première cohabitation (1986-1988). 

    31 juillet : Vote de la loi sur les privatisations (Saint-Gobain, Matra, CGE, Paribas, Suez, Société Générale, Crédit commercial de France Havas et TF1). 

    4-17 septembre : Vague d’attentats islamiste à Paris. 

    18 septembre : Première expulsion de clandestins par charter. 

    Novembre- décembre : Manifestations étudiantes contre la loi Devaquet puis retrait du même projet de loi suite à la mort de Malik Oussedine. 

    30 décembre : Suppression de l’impôt sur les grandes fortunes. 

    1988, 24 avril : Premier tour de l’élection présidentielle ; Jacques Chirac arrive 2ième avec 20% des voix. 

    4 mai : Libération des otages français détenus au Liban. 

    5 mai : Assaut de la grotte d’Ouvéa en Nouvelle-Calédonie. 

    8 mais : Battu à la présidentielle pour la seconde fois au second tour avec 45,98% des voix. Seconde traversée du désert. 

    1992 : Fait campagne pour le « oui » au référendum sur le traité de Maastricht. 

    1993, 29 mars : Après la victoire de la droite aux législatives, Edouard Balladur devient Premier ministre de François Mitterrand avec l’accord de Jacques Chirac. Celui-ci ne souhaitant pas renouveler l’expérience de la cohabitation. 

    1994 : Donné perdant face à Balladur, il lance sa campagne présidentielle sur le thème de la « fracture sociale ». 

    1995, 17 février : Edouard Balladur, le favori ; baisse dans les sondages. Metting de Jacques Chirac porte de Versailles avec 20 000 supporter. 

    10 mars : Il commence à creuser l’écart avec Balladur. C’est lui le chef ; Jacques Chirac. 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 1995 (l’an un) 

    24 avril : Obtient 20,84% des voix au premier tour de l’élection présidentielle, mais reste derrière Jospin (23%) et de justesse passe devant Balladur (19%). 

    8 mai : Elu président de la République avec 52,64% des voix face à Lionel Jospin, la troisième fois a été la bonne, il succède à François Mitterrand. Alain Juppé nommé Premier ministre. Il dispose d’une écrasante majorité à l’Assemblée nationale. Ça y est il va pouvoir enfin cheffer !!! 

    13 juin : Annonce la reprise des essais nucléaires. 

    23 juin : Jean Tiberi maire de Paris Jacques Chirac y laisse un système verrouillé pour lui durant 20 ans. Scandale du mode d’attribution des logements du « domaine privé » dont l’un des principaux bénéficiaires n’est autre que le meilleur d’entre nous  comme dira Chirac plus tard, j’ai nommé Alain Juppé. 

    14 juillet : Première garden-party à l’Elysée pour Jacques Chirac avec 3000 jeunes, dont beaucoup de banlieues avec bains de foule, poignées de mains et bisoux à gogo. 

    16 juillet : Reconnaît la responsabilité de l’Etat français dans la déportation des juifs en 1942. 

    6 septembre : Décide de reprendre les essais nucléaire dans le Pacifique à Mururoa, contre l’avis de la communauté internationale avant l’arrêt définitif quelques semaines plus tard. 

    19 septembre : Juppé sonne l’heure de la rigueur. 

    Juillet-octobre : Série d’attentats à Paris attribué au GIA algérien. On dénombre 7 morts et 60 blessés à la station de métro Saint-Michel. 

    Novembre-décembre : Grève de 5 semaines qui paralyse le pays dû à l’annonce de la réforme de la Sécurité sociale et des régimes spéciaux des retraites. 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 1996 (l’an 2) 

    8 janvier : Décès de François Mitterrand et louanges de Jacques Chirac  qui assure avoir toujours conservé « du respect pour l’homme d’Etat et de l’admiration pour l’homme privé ». 

    15 avril : Reçoit à l’Elysée le Premier ministre libanais Rafic Hariri, une semaine après s’être rendu lui-même au Liban. 

    28 mai : Suppression du service militaire obligatoire. 

    28 juin : Annonces de mesures sanitaires lors de la crise de la vache folle par Alain Juppé. 

    24 août : Expulsion de l’église Saint-Bernard occupée par des « sans-papiers » demandant leur régularisation. 

    23 octobre : Incident diplomatique avec Israél : Jacques Chirac en visite à Jérusalem laisse échapper sa colère contre le service d’ordre israélien sensé le protéger et qui ne le laisse pas s’approcher et serrer les mains des palestiniens, au lendemain de son plaidoyer pour un Etat palestinien. 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 1997 (l’an 3) 

    7 mars : Jean Tiberi mis en examen pour complicité dans l’affaire visant sa femme Xavière : celle-ci ayant rédigé un rapport sans intérêt mais très bien rémunéré : 200 000 francs ; somme fixée en « accord » avec Jean pour le Conseil général de l’Essone. 

    18 avril : Après avoir proclamé être défavorable à une dissolution de l’Assemblée dont il dispose de la majorité il se prépare à la dissoudre un an avant les législatives. 

    21 avril : Dissolution de l’Assemblée nationale. La gauche remporte les élections législatives anticipées. 

    15 mai : La France n’adhère pas à la résolution de l’Union européenne sur les droits de l’homme en Chine et Jacques Chirac en visite durant quatre jours à Pékin dans un climat très amical. 

    27 mai : Après le premier tour des législatives pitoyable Chirac sacrifie l’impopulaire Premier ministre Juppé. 

    2 juin : Lionel Jospin nommé Premier ministre avec lequel il entame une cohabitation de 5 ans. 

    9 juin : Philippe Séguin, président du RPR. 

    14 juillet : Chirac critique la politique de Jospin. 

    17 juillet : Jospin rappel à Chirac ses prérogatives constitutionnelles. Le Président lui réplique qu’il ne restera pas muet. 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 1998 (l’an 4) 

    Mai : Les affaires éclatent avec Jacques Chirac : Marché truqués de l’Office HLM de Paris, rapport de Xavière Tiberi sur la Francophonie, emplois fictifs. 

    12 juillet : La France remporte la coupe du monde de football : Chirac sur un nuage remonte dans les sondages. 

    5 et 6 décembre : Trois ans avant les échéances il se relance dans la campagne présidentielle et ressort le service minimum dans les transports. 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 1999 (l’an 5) 

    Janvier : Le Conseil constitutionnel réaffirme l’immunité du président en fonction. 

    26 février : Chirac et Schröder s’oppose sur le montant de leur contribution au budget de l’Europe. 

    20 et 21 mars : Le parquet de Nanterre jette l’éponge : Chirac ne sera pas poursuivit dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris malgré des preuves compromettantes. 

    27 mai : Jacques Chirac dénonce les disfonctionements graves de l’Etat (Jospin est visé), en Corse où le préfet a mis feu à une paillote.  

    13 juin : Débâcle de Nicolas Sarkozy  et sa liste RPR-DL aux européennes qui ne recueille que 12%. 

    15 juin : Nicolas Sarkozy quitte la présidence du RPR, devancé par la liste de Charles Pasqua. 

    28 juin : Pasqua quitte le RPR pour fonder le RPF avec Philippe de Villier. 

    5 décembre : Le candidat de Jacques Chirac à la présidence du RPR Jean-Paul Delevoye est battu par Michèle Alliot-Marie. 

    30 décembre : Tempête sur la France, Chirac salue la mobilisation des services de l’Etat. 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 2000 (l’an 6) 

    5 juin : Changement d’avis de Jacques Chirac sur le quinquennat à présent il est pour. En fait il n’a pas vraiment le choix : il veut se représenter en 2002 où il aura 70 ans et pour cela il sera plus facile pour lui de le faire passer pour 5 ans que pour 7. 

    22 septembre : « Le Monde publie le texte d’une cassette vidéo de Jean-Claude Méry mettant en cause directement Jacques Chirac dans le système de collecte de fonds du R.P.R. 

    24 septembre : Référendum sur le quinquenat : 73,21% de « oui ».

    7 novembre : Jacques Chirac presse Jospin et son gouvernement d’interdire les farines animales dans l’alimentation des animaux d’élevage.

    2 et 3 décembre : Louise-Yvonne Casetta l’ex-trésorière occulte du RPR prononce devant les juges le nom de Jacques Chirac (heureusement que notre héros a l’immunité).

    12 décembre : Le traité de Nice sur l’élargissement mal ficelé n’est pas ratifié par l’Union européenne alors présidé par la France.

    15 décembre : Affaibli par les affaires Chirac proteste à la télévision et accuse ses détracteurs de porter « directement atteinte à la démocratie ».

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • 2001 (l’an 7)

    29 mars : Le juge Eric Halphen convoque Chirac pour l’entendre dans une affaire parisienne ; Chirac réplique qu’il ne s’y rendra pas.

    2 mai : La cour d’appel ordonne au juge Halphen la suspension de l’instruction sur les HLM de Paris.

     21 mai : Arnaud Montebourg un député socialiste tente en vain de faire traduire devant la Haute Cour de justice de la République, Jacques Chirac.

    5 juillet : La justice souhaiterait entendre Jacques Chirac sur le financement des billets d’avion pour l’île Maurice, le Japon, les Etats-Unis, entre 1992 et 1995 pour lui et ses proches, payer en cash : 365 millions d’€uros : « Les fonds secrets » réplique Chirac.

    11 juillet : La justice ne veut pas lâcher Jacques Chirac et veut l’entendre comme témoin assisté dans le financement de ses billets d’avions : il décline.

    12 juillet : Des proches de Jacques Chirac sont entendus dans l’affaire des billets d’avions.

    19 septembre : Après les attentats du 11, Jacques Chirac apporte son soutien à W Bush.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique