• Jacques Chirac à l’assaut de l'Hôtel de ville de Paris (2/2)

    Jacques Chirac à l’assaut de l'Hôtel de ville de Paris (2ième partie)Sur 105 candidats des listes «Chirac», 37 sont des élus de la capitale, soit : 17 députés sur les 31 élus (dont 11 sont conseillers sortants de Paris) dans les circonscriptions de la ville dont 15 sur les 18 du RPR, parmi eux : l'ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du général de Gaulle : Maurice Couve de Murville dans le 8e, une parente par alliance du maréchal Leclerc : Nicole de Hautecloque dans le 15e, le président sortant du Conseil de Paris et dernier à avoir exercé cette fonction : Bernard Lafay dans le 17e ou l'ancien Résistant Joël Le Tac dans le 18e) mais aussi 2 des 6 R.I. dans le 16e. 31 conseillers de Paris (dont 11 sont également députés, et un d'entre eux, le R.I. Pierre-Christian Taittinger, ministre en exercice). Les «chiraquiens» mettent en place une campagne active et féroce : leur candidat multiplie tournées des marchés et des commerces, les bains de foule et le serrage de mains à la chaîne. Il insiste sur des thèmes porteurs tels que la propreté de la ville, la fuite des familles modestes et moyennes qu'il veut interrompre et parle de «démocratie du quotidien». L'agressivité culmine avec l'«affaire Françoise Giroud» : la secrétaire d'État à la Culture doit se retirer de la liste «d'Ornano» du 15e arrondissement, après avoir revendiqué sur des tracts être décorée de la Médaille de la Résistance alors qu'aucun document officiel n'indique qu'elle ait jamais reçu cette décoration, ce que l'équipe du RPR a mis à profit d'autant plus facilement qu'il a aligné face à elle une parente du Maréchal Leclerc. Au premier tour le 13 mars, l'Union de la gauche, emmenée par le communiste Michel Fizbin et le socialiste Georges Sarre, arrive en tête grâce aux divisions de la droite et à sa forte implantation dans l'est parisien, avec 32,1 % des suffrages exprimés, tandis que les listes «Chirac» remportent les «primaires» de la majorité avec 26,2% contre 22% à Michel d'Ornano (seule la liste d'union d'Édouard Frédéric-Dupont, avec près des deux tiers des voix dans son secteur de vote, obtient des élus : 4). L'«Union pour Paris » dépasse ainsi «Protection et Renouveau pour Paris» dans 11 secteurs (1er, 4e, 5e, 6e, 8e, 9e, 10e, 11e, 13e, 14e, 5e et 17e arrondissements). Au second tour, il l'emporte avec à peine 2 000 voix d'avance sur l'Union de la gauche, 45% des voix et 50 sièges (auxquels se sont ajoutés les 4 élus du 7e arrondissement), contre 40 à l'opposition et 15 aux candidats de la liste d'Ornano. (chanson de la campagne municipale en vidéo)

    (Vers les dates)

    « Adhésion de la Turquie...Mais encore...adhésion de la Turquie... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :