• Et Jacques Chirac créa le R.P.R.

    Et Jacques Chirac créa le R.P.R.Jacques Chirac retrouve sans difficulté son siège de député de la 3e circonscription de Corrèze à l'élection partielle du 14 novembre 1976 (avec 53,65% dès le premier tour) ; le maire d'Ussel, Henri Belcour démissionnant pour lui permettre de se présenter. Il entre pour la première fois de manière effective à l'Assemblée nationale où il intègre la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales (jusqu'en 1986, puis de nouveau de 1988 à 1993 et de 1994 à 1995). Il s'attache alors à s'assurer le soutien de la famille gaulliste et à affirmer son poids au sein de la majorité, face aux partisans de Giscard. Le 3 octobre 1976 il annonce sa volonté de rénover l'UDR en plein cœur de son fief électoral de Corrèze : Égletons. Il veut instaurer un «véritable travaillisme à la française». Lors des assises nationales du parti : Porte de Versailles le 5 décembre suivant, auxquelles participent 50 000 personnes, l'UDR se dissout pour donner naissance au Rassemblement pour la République (RPR). Jacques Chirac en est élu président à 96,52% des voix, et désigne son ancien directeur de cabinet à Matignon, Jérôme Monod, comme secrétaire général. Jacques Chirac, désire une force politique populaire et se déplace dans toute la France. Une importante campagne de recrutement est lancée et la veille des élections législatives de 1978 le RPR compte 700 000 adhérents et devient bientôt une puissante machine électorale tant orientée contre l'opposition que contre les «Giscardiens», voulant incarner une voie médiane entre le programme de la gauche socialo-communiste» et «les solutions de la droite conservatrice, orthodoxe, classique». En effet, lors d'un meeting de 100 000 personnes à la Porte de Pantin le 10 février 1977, l'ancien Premier ministre dénonce le «capitalisme sauvage» et affirme que les gaullistes ne doivent pas être confondus avec les «tenants du libéralisme classique» et la «droite» assimilée au giscardisme et au centrisme. Il définit à cette époque le projet gaulliste comme la version française de la social-démocratie. (vidéo extrait du discours de Jacques Chirac Porte de Versailles)

    (Vers les dates)

    « Dépenses de santé...Il ne s’agit pas, pour... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :