• Chirac, maintenant ministre de l’intérieur

    Chirac, maintenant ministre de l’intérieurLors des élections législatives de 1973, la majorité conserve aisément son avance avec 268 députés, 30 pour les réformateurs et 175 pour la gauche. La côte de popularité de Pompidou est encore supérieure à 50 %. En février 1974, à la suite de l'affaire des écoutes du Canard enchaîné, il « échange », lors d'un changement de gouvernement, son poste avec celui de Raymond Marcellin, maintenant, Jacques Chirac est ministre de l'Intérieur.

    Affecté par la mort de Georges Pompidou le 2 avril suivant ; il apparaît ému aux armes lors de la messe de funérailles à Notre-Dame de Paris. Lors de la Présidentielle il milite pour une candidature de rassemblement de la majorité, mais il est hostile à Jacques Chaban-Delmas qu'il estime incapable d'affronter l'union de la gauche, derrière François Mitterrand. Il choisit donc de soutenir le Premier ministre sortant, Pierre Messmer, un temps candidat, puis Valéry Giscard d'Estaing. Il rallie en sa faveur, et contre Chaban, 39 parlementaires et 4 ministres gaullistes, dit « Appel des 43 » et contribue ainsi à la victoire du ministre des Finances à l'élection  présidentielle. Il bénéficie également d'une bonne connaissance du terrain et des élus locaux acquise au ministère de l'Agriculture bien sur et surtout de sa position au sein d'un ministère « stratégique » : le ministère de l’intérieur dans lequel il a la haute main sur les préfets et les Renseignements généraux. (Vers les dates)

     

     

    « Le désarmement suppose...Plus grosse est la ficelle... »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :